Archive

Monthly Archives: November 2015

A stop in Cairo for a podcast and a passionate conversation with the man behind 1127 & Cellar Door raw beats.

12165953_505481976300153_980035095_n

Have you ever imagined yourself at the heart of a laserquest game in an apocalypse context at the foot of Giza pyramids? 1127’s music could be the soundtrack of this. Aged 24, Amr Alamy has been feeding the creativity flow from the cairene artists of the internet generation for three of four years. Electronic music is going towards different directions in Egypt, while seeking for itself the scene keeps going on and some audacious experimentations are surfacing. Amr’s ones sweat the digital era. 1127 -his project dedicated to the dancefloor- cultivates a kind of futur rave music. With Cellar Door, the alias he started to release his first tracks on soundcloud with, he works on nocturnal ambiances more atmospheric, more melodies, self-described as «abstract forms and shapes». The project is still running.

Before that Amr firstly forged himself a solid hip hop culture. He was resident DJ for the nights dedicated to the genre last year at VENT, one of the rare Cairo spaces hosting artists from the alternative and electronic scenes. VENT is lacking a permanent space since this summer by the way, it has been throwing ponctual parties in various places of the city since then. Mad of technology, Amr firstly shares his music with virtual communities. The last 1127 EP has been released through Half Death; a digital label gathering young connected artists from all around the planet.

The following interview covers various topics ; Amr builds up a portrait of musical subcultures in his country, develops on his link with the internet, talks about his way to write a track, exposes his vision on the electronic scene in Egypt and Europe…The mix coming with it is rich in emotions. We’re lost in a daydream, then some vocals and percussions bring back our feets on earth, afterwards falling in total insanity phases (this Angel-Ho track!).The flow and the superb selection show us that 1127 is a skillfull DJ of the digital era. The illustration accompanying the post is also Amr’s work: « It’s a picture of an old TV show which I played with a bit, the pic kind of links to the concept behind the mix which is reflecting back to old childhood memories, listening to my brother’s collection of tapes (mainly cheesy love songs) and making mixtapes etc.».

Can you tell us a bit about where your love for music comes from and what you’ve been doing in terms of music?

My earliest memory concerning music was back when my brother had a friend who worked in a cassette store near my parent’s place, he used to buy tapes almost daily, and then we would sit down and listen to them, compile our favorite songs in mixtapes, recording it using an old cassette player, the process was super fun.

I started taking it seriously when I came up with Cellar Door around 2012, that’s right after a long phase where I was analysing each and every song I was listening to, but at the same time I wasn’t sure what sounds to use myself, I remember I got a bit anxious at that time trying to apply my criticism of other tracks on my own, and trying to figure out a workflow between “spontaneous jamming” and the “sitting in front of the computer overthinking every single step” technique. It wasn’t until I started to get theoretically involved in art that I felt more relaxed and confident making music.

On the other side 1127 was always club related. I started making these weird, heavier tracks that didn’t follow any of the Cellar Door aesthetics. So I had to come up with a new project to keep things tidy. Keeping everything defined and clear helps me a lot during the process of creating.

When did you start to play your music out, in public?

I started playing live early 2013. My first Cellar Door live set was at 100Copies in May 2013, then I played the 100Live festival after that. I played my first 1127 live set at VENT around December 2013. My main focus with 1127 back then was to make tracks that share that weight of the early dubstep & grime tracks while not having an obvious influence with my choice of sounds, and my first live set was that basic following that one idea of having a certain weight to the tracks on a big system.

I stopped playing live sets and started focusing more on DJing around the same time due to various reasons, the most important one being that DJ sets felt less personal therefore it was easier and less stressing to perform a DJ set in a place where people don’t share any of my own tastes.

Did you already have the opportunity to play abroad?

Not in the way I would like to, not yet. I had a couple of offers in 2012 but I don’t want to play Live for the wrong reasons, specially if it’s abroad too. It has to be either relavent to my sound or challenging (if it’s a DJ set) with the right people being involved in it.

Most of your music has been released in digital for free on the internet. Don’t you care about format and financial value of music?

I do care a lot about format, and I believe that certain music should be listened to through certain mediums or in a particular environment, but it’s still relatively fresh in Egypt to make any decisions of that sort, I don’t think there is any room to even think about it realistically.

It’s so risky when you think of it as a business, or when you start focusing in financial outcome, not just in Egypt, but especially here, we have a really small following for the sort of nerdy electronic music we make, and it’s mostly people who are involved themselves in music somehow, so you don’t really wanna rip those people off for a pound.
If you’re not a pop musician you can’t really make a living out of selling songs, and right now I think it’s really hard to make a living out of live performances all alone, that’s where labels/blogs/medias come in and in Egypt it would still be hard to sustain an income with even all of those combined.

What do you think about the impact of the internet on your music approach?

I used to be a hardcore gamer, I stopped around the same time I found out about FL Studio through a friend of mine who is a graphic designer from Belgium, we were both playing a big online Pool game called Cueball or something like that, he introduced me to Fruity Loops, and that was it. But even in an indirect way the internet has always been a huge portal to so many influencing virtual objects that eventually led to forming my current values/ideas in general.
Aside from the fact that being connected to people, blogs, magazines over the web helps you grow as an artist it also teaches you to be more open to new ideas and more forgiving of those old ones you grew up with such as religion, race, nationality, sex or age. It’s a perfect tool when used right. I grew up in the UAE and then I moved back to Egypt, both countries share a shit load of fucked up thoughts, stereotypes and mindsets. It was an eye opening experience to learn equality just by listening to different music from different places, online.

Musically, meeting new people online and sharing ideas ease up the process a lot, the same way reading a book would save you a lot of time doing long researches. If it’s honest it always saves a lot of time, effort and even money; to share your experience with other artists who share similar interests but in different parts of the planet, with all the variables that come with that.

Basically I have two sets of followings on soundcloud on my two seperate accounts Cellar Door and 1127, they are both seperated and way too different, so I log into either of those accounts to check what’s new depending on my mood. I got into Sangam‘s sounds earlier this year through my Cellar Door soundcloud account and I found out that he’s starting a grime/experimental Club label called Half Death with one of my favorite artists that I’ve been following on my 1127 soundcloud account Kadahn from NYC. It was so weird finding out about that label, it seemed like the perfect link between my two projects, and my taste at the time being between ambient and grime / experimental electronic and club music, it was just right. Also that happened around the same time I was working on my second 1127 EP DF Trash 100 so I didn’t think much before I sent them a demo.

I feel that your music as a strong UK dance music aesthetic. How did you land there would you say?

Definitely, the 1127 tracks have a big UK influence. I got into dubstep around 2010. I started listening to random sets on soundcloud, then I stumbled upon Boiler Room later (thankfully) the UK scene is full of great music. I started getting into Grime, Garage, Funky, Jungle, early Drum n Bass and then I got into Dancehall, Dub & also many US genres like Ballroom, Ghetto Tech, Baltimore & Jersey Club.

I feel like I’ve been exposed to too much new music in a really short phase, it was mad fun to listen to all of these new sounds, and it’s much easier to control your direct influenceif you’re listening to either too much stuff or not listening to any, but I always find it problematic when I start listening to just one or two genres at the same time that I’m making my own music.

What would you say about the impact of your direct environment in your music?

Everything is so messy and unpredictable in Giza. it’s everywhere around you, you can’t block it no matter how hard you try, but it took me a while to employ it in a relavent way to what I want to present musically.

“That rich and almost overwhelming state of mind that a well made track puts you into, that’s my goal right now”


Right now I’m trying to fully make peace with that messy aspect of Giza, mainly with how different
harmonic elements are rhythmically engaged in tracks, and that’s a part of my bigger final picture of the tracks I’m currently working on, I mean after doing all the mixing and shitty self mastering for the tracks, when all the frequencies and elements are occupying their intended space in the mix, that’s when I feel that it is (that harmonic/rhythmic and spacial combination) fully accomplished, that rich and almost overwhelming state of mind that a well made track puts you into, that’s my goal right now.

Can we talk about an electronic music subculture in Cairo, do you feel like to be part of a community?

Speaking of subcultures, I believe there are plenty in Egypt, even if they’re not that explicit or if it’s not consciously present, it’s there, the strongest out of them being the young counterculture, everytime I meet any of my musician friends there is always a big “pissed off” part of the conversation about something culture related.

There sure is a community that i’m part of even if it wasn’t a decision that I’ve made, I praise individuality, A LOT, but on a smaller and more realistic scale the only artist I’ve been connecting with on a daily basis and closely is Mostafa Onsy we share a lot of values concerning music and life in general.

Then, of course we have the VENT people (artists, media people, business heads or just people who are sick of the Egyptian routine and social bullshit) it surely helped create many opportunities for many people just by putting all these different people together in one place, and on a personal level it definitely helped a lot to reshape the 1127 sound after the huge UK club music influence, just linking those two spaces (the later being only virtual though) has helped me to come up with the initial 1127 sound.

Is it easy to develop an electronic music oriented nightlife in Cairo?

Egyptians love to party, so in terms of nightlife it always had a big role in Egypt, specially that I live in Haram where you will find most of the middle class oriental style cabarets.
But if we’re talking electronic club music I don’t think so, the average Egyptian isn’t as exposed to club music as many of us are. Not all people get it, and it’s so rare that people would dig for new music themselves, so right now we have only two Electronic related nightlife circles, one with all the rich kids who want to be cool and listen to Deep whatever, and the other being the heavy Bulgarian Lu4o sort of club music or “Tribal Tech” as they call it. These are the only two estabilshed electronic related nightlife circles I see, then you have the mainstream part of the Shaabi scene and the traditional Cabaret style Egyptian music, that’s as far as nightlife goes in Egypt.

“Strictly art-focused venues or spaces are lacking and we have a great deal of constraints to get rid of before we start seeing any progress

For me VENT is the only venue over here that can help develop a healthy movement (both artistically and entertainment-wise). As I said before the nightlife isn’t that bad, so you can go out, party and have fun in many places, but we don’t have any other clubs where you can go and judge the tracks by the way they feel in that particular context at that given time like you can do at VENT. But unfortunately strictly art-focused venues or spaces are lacking. We have a great deal of constraints to get rid of before we start seeing any progress, first and most important we have the shit taste thing, and it has to do with apathy, the lack of exposure to decent medias (or the absence of it in our case) and laziness which are all a big part of our culture, then we have the religion thing & society and all of its stupid prejudice and over control.

It’s different than Europe for example, you have many decent medias, clubs, it’s more common that you would grow up having a DJ relative or an older friend who’s into clubbing or just being exposed to good radios.

Not necessarily. You wouldn’t find proper places where an electronic music subculture is living in every big city in Europe. Although you would always find clubs with commercial music.

True, the commercial thing is everywhere, but still, there’s a big presence of underground music abroad. For me I was never exposed to anything like that when I was a little kid in Giza, that’s why I’m a bit understanding when it comes to the music taste in Egypt.

When I first started making music around 2011 it was mainly hip hop, the scene only consisted of rappers, beat makers, photographers, my point is we didn’t have many fans back then, and we still don’t now, it’s very rare that you find an average Egyptian who’s not involved in this sort of music, being exposed to it, or supporting it.

But it’s not that pitch black though, you have the underground part of Shaabi music and all of its components (producers and MCs making music in their rooms to breakout of the routine of their poor neighborhoods, street weddings, toktoks etc) Sufi music and all of it’s highly spiritual content, whether it’s Moled (a form of live gathering to tribute a religious figure that at some cases include a live performance with a band and a Monshed) All of these subcultures are stronger than ever now and they’re more accessible thanks to the internet, so hopefully that will open up some doors for more young Egyptian artists in the near future.

Are there projects – not necessarily artistic-that draw your attention in the Mediterranean region?

I can’t think of any at the moment, everytime I try to get updated on all the news, I get frustrated or annoyed with all the bullshit that is going on politically and socially in the region, but after living in the UAE for a while and now that i’m back and i’m seeing all of these new compounds and their accompanying malls spreading in new cities in Egypt too, it’s a bit scary. I rememeber I paused in front of an ATM centre (the first time I saw one in Cairo) in the middle of all of these big brand shops and fast food chains, thinking how robotic it looks, that level of plain consumerism is just intemidating to me.

On the +side I just came back from Dahab (Egypt) and as soon as I arrived there I noticed all of these solar powered street lights, I wasn’t expecting anything like that in Egypt anytime soon tbh, if they were to install these lights in any of the big cities in the Country the whole system would be stolen on the first night.

What are your plans for the future regarding music?

I’m going through a huge ambient & experimental loving phase right now, stuff like Black Hymn Record and also Videogamemusic. I’ve been connecting with many artists who are part of this web based club movement, a lot of people from Europe, US and South Africa. Most of who are completely independent, everyone is doing their own thing, not caring much about outcome. Classical Trax crew, labels like Non, Seagrave to name a few. I have releases coming on the two last mentioned and I’m pretty excited about it.

“I want the future not to be just physical and national but rather global through the web”

Also right now to me I’m just trying to understand how the marketing side works. How to get people to listen to something that they’re not familier with, and can’t fully grasp, I think after all the gigs and releases everyone has had in Egypt so far, it’s really important to think of ways to expand in the right direction. I would love to see the country evolving til the point we have a strong fan base for each seperate sound or style of electronic music, different clubs or nights for different genres for instance.

Speaking from an audience point of view though, it’s not egyptian music we’re making but who cares. I’ve never believed in the nationalizing of music judjing the sounds or tempos used in a given piece, but I consider my music and many of my peers music to be part of a virtual land instead of a geographical one, we’ve all spent so much time online. That’s where i’m looking at, I want the future not to be just physical and national but rather global through the web.

More informations on 1127 & Cellar Door fb pages.

Special thanks to Chloé for the translation.

Advertisements
Halte au Caire pour un podcast et une conversation passionnée avec l’être derrière les beats trappus signés 1127 et Cellar Door.

12165953_505481976300153_980035095_n

Vous vous êtes déjà imaginez au cœur d’une partie de laserquest dans un décor d’apocalypse au pied des pyramides de Gizeh? La musique d’1127 pourrait en être la bande son. Amr Alamy affiche 24 ans au compteur et alimente depuis trois ou quatre ans le flot de créativité de la génération internet d’artistes cairotes. La musique électronique part dans toutes les directions en Egypte, la scène se cherche tout en avançant et il en émerge certaines expérimentations audacieuses. Celles d’Amr transpirent l’ère du digital. 1127 -son projet taillé pour le dancefloor- cultive une rave music du futur. Avec Cellar Door, l’alias sous lequel il a commencé à sortir ses premières tracks sur soundcloud, il travaille des ambiances nocturnes plus atmosphériques, plus mélodiques, auto-décrites comme des «formes et des sculptures abstraites». Le projet est toujours d’actualité.

Avant tout ça Amr s’est d’abord forgé une solide culture hip hop. Il était DJ résident pour les soirées dédiées au genre à VENT l’an dernier, l’un des rares espaces du Caire à accueillir des artistes de la scène alternative et électronique. Depuis l’été dernier VENT n’a d’ailleurs plus d’espace fixe et enchaîne les soirées ponctuelles dans divers endroits de la ville. Féru de technologie, Amr partage surtout sa musique avec les communautés virtuelles. Le dernier EP d’1127 est sorti via Half Death; un label digital qui réunit des jeunes artistes connectés du monde entier.

L’interview qui suit recouvre des sujets variés; Amr dresse un état des sous cultures musicales en Egypte, développe sur son rapport à internet, sur sa manière de composer, expose sa vision de la scène électronique locale et européenne…Le mix qui l’accompagne est riche en émotions. On passe des moments de rêverie à des vocals et des percussions nous remettent les pieds sur terre, pour ensuite partir dans des phases de totale folie (cette track d’Angel-Ho!). Un flow et une superbe sélection qui montrent qu’1127 est un habile DJ de l’ère numérique. L’illustration qui accompagne le post est aussi l’oeuvre d’Amr: «C’est une image tirée d’une vielle série télé que j’ai un peu trafiquée. Elle fait un peu le lien avec le concept derrière le mix: un retour dans mes vieux souvenirs d’enfance quand j’écoutais la collection de cassettes de mon frère (principalement des chanson d’amour un peu cheesy) et qu’on faisait des mixtapes…».

Est-ce que tu peux nous expliquer d’où vient ton amour pour la musique et ton parcours dans ce domaine?

Mon plus vieux souvenir en rapport avec la musique remonte à l’époque où mon frère avait un ami qui travaillait dans un magasin de cassettes près de chez mes parents. Il achetait des cassettes chez lui presque tous les jours, on s’asseyait ensuite pour les écouter et on compilait nos titres préférés dans des mixtapes. On enregistrait ça avec un vieux lecteur cassette, le process était assez fun.

J’ai commencé à prendre le truc plus au sérieux avec mon projet Cellar Door, vers 2012. C’était juste après une longue phase où j’analysais chaque morceau que j’écoutais, sans savoir quel son utiliser moi-même. Je me rappelle que j’étais un peu anxieux à l’époque; je m’efforçais d’appliquer la même critique sur mes propres morceaux que sur ceux des autres et j’essayais de trouver un équilibre de travail entre l’improvisation spontanée et la phase où tu t’assoies devant ton ordinateur en te cassant la tête sur chaque petite étape. Ce n’est qu’à partir du moment où j’ai commencé à m’intéresser théoriquement à l’art que je me suis détendu et que je suis devenu plus confiant en faisant de la musique.

A côté de ça, mon autre projet 1127 a toujours été orienté club. J’ai commencé à produire ces tracks bizarres, pesantes, qui ne correspondaient pas à l’esthétique de Cellar Door. Donc j’ai créé un nouveau projet pour garder les choses rangées. Bien définir les choses, les mettre au clair, ça m’aide beaucoup dans le processus de création.

Quand est-ce tu as commencé à jouer et à exposer ta musique devant un public?

J’ai joué le premier live Cellar Door à 100 Copies en mai 2013, et le festival 100 Copies juste aprés. Mon premier live d’1127 c’était à VENT vers Décembre 2013. A l’époque, avec 1127, ma principale intention était de faire des tracks avec le poids des premiers morceaux de grime et de dubstep, sans que cette influence soit trop évidente dans le choix des sons. Mon premier live suivait basiquement cette idée de faire ressortir le poids des tracks sur un gros soundsystem.

J’ai arrêté les live au moment où j’ai commencé à m’intéresser au Djing et ce pour plusieurs raisons, la plus importante étant que les DJ sets paraissent moins personnels. C’est plus facile et moins stressant de jouer un DJ set dans un endroit où les gens ne partagent aucun de tes goûts personnels.

Est-ce que tu as déjà eu l’opportunité de jouer à l’étranger?

Pas encore, pas dans le sens que j’aimerai. J’ai eu quelques offres en 2012 mais je veux pas jouer en live pour les mauvaises raisons, encore moins à l’étranger. Ça doit être dans un cadre pertinent avec ma musique, ou stimulant (si c’est un dj set), avec les bonnes personnes.

La plupart de ta musique est disponible en streaming gratuitement sur internet, est-ce que tu accordes tout de même de l’importance au format et à la valeur financière de la musique?

J’accorde beaucoup d’importance à la notion de format, je pense que certains types de musique devraient n’être écoutés qu’à travers certains mediums ou dans un environnement particulier. En Égypte, on prend des décisions dans ce sens-là que depuis récemment. Je pense même qu’il n’y a aucun espace qui y pense de manière réaliste.

Ça devient tellement risqué quand tu commences à penser à la musique en terme de business, quand tu commences à la considérer comme un revenu. Pas seulement en Égypte, mais particulièrement ici. Il y a tellement peu de gens qui adhèrent à ce que l’on fait, à cette musique électronique de nerds. Pour la plupart ce sont des gens qui sont eux même investis dans la musique, donc tu n’as pas vraiment envie de leur soutirer ne serait-ce qu’une livre. Si tu n’es pas un musicien pop tu ne peux pas vraiment vivre en vendant des sons. Je pense que de nos jours c’est dur de vivre seulement des performances live. C’est là où les labels, les blogs et les médias interviennent. Et en Égypte ça resterait dur d’en vivre même si tout ça était combiné.

Qu’est-ce que tu penses de l’influence d’internet sur ton approche de la musique ?

Je jouais beaucoup en ligne avant. J’ai arrêté quand un ami designer en Belgique m’a fait découvrir FL Studio. On jouait tous les deux à un jeu de billard en ligne qui s’appelait Cueball, ou quelque chose comme ça, et ça a été un déclic lorsqu’il m’a introduit à Fruity Loops.

Même d’une façon plus indirect, internet a toujours été un gros portail vers plein d’objets influents qui m’ont aidé à former mes valeurs et mes idées en général. En plus du fait qu’être connecté aux autres, aux blogs et aux magazines en ligne t’aide à grandir en tant qu’artiste, ça t’apprend aussi à être plus ouvert à de nouvelles idées. A prendre plus de recul sur les idéologies avec lesquelles tu as grandi, comme les religions, les races, les nationalités, les sexes ou l’âge. Internet est un outil parfait quand tu l’utilises dans le bon sens. J’ai grandi aux Émirats Arabes Unis et je suis ensuite retourné vivre en Égypte. Les deux pays partagent une grande quantité d’idées dépassées, de stéréotypes, de manières de penser préconçues. Le fait d’écouter en ligne de la musique différente, provenant de différents endroits, ça a été une expérience qui m’a fait ouvrir les yeux et découvrir l’égalité.

Musicalement, ça facilite le processus de rencontrer de nouvelles personnes en ligne et de partager des idées avec elles. Si c’est honnête, ça te fais toujours gagner du temps, des efforts et de l’argent de partager ton expérience avec des artistes qui ont des interêts similaires mais qui vivent dans d’autres endroits de la planète, avec toutes les variables que ça comporte. En fait, j’ai deux comptes soundcloud séparés, Cellar Door et 1127. Ducoup j’ai deux fils de following super différents et je me connecte à l’un ou à l’autre selon mon humeur. J’ai découvert la musique de Sangam au début de l’année par mon compte Cellar Door et j’ai vu qu’il lançait un label de grime et de musique de club expérimentale – Half Death – avec un de mes artistes préférés que je suis sur mon compte 1127; Kadahn, qui vient de NYC. C’était tellement bizarre de tomber sur ce label qui faisait le lien parfait entre mes deux projets et mes goûts à ce moment précis; entre l’ambient, le grime et la musique de club un peu expérimentale. Et c’est arrivé quand je travaillais sur le second EP d’1127, DF Trash 100, donc j’ai pas réfléchi trop longtemps avant de leur envoyer une démo.

 

On sent une forte esthétique UK dance dans ta musique. Comment est-ce que tu expliquerais le fait d’avoir atterri là?

C’est certain qu’il y a une grosse influence UK dans les tracks d’1127. J’ai découvert la scène dubstep vers 2010. J’ai commencé à écouter des sets au hasard sur soundcloud, et plus tardivement je suis tombé sur Boiler Room. Heureusement, la scène UK est pleine de musiques géniales. J’ai découvert le grime, le garage, la funky, la jungle, la vielle drum’n bass et puis le dancehall, le dub et plein de genres en provenance des US comme le ballroom, le ghetto tech, la musique de club de Baltimore et du Jersey.

J’ai le sentiment d’avoir été exposé à trop de nouvelle musique en une très courte période en fait. C’était fou et excitant d’écouter tous ces nouveaux sons. Et c’est beaucoup plus facile de contrôler ton influence directe quand tu écoutes beaucoup de nouvelles choses, ou au contraire quand tu n’en écoutes pas du tout. Mais j’ai toujours trouvé ça problématique d’écouter qu’un ou deux nouveaux genres de musique tout en produisant la mienne.

Qu’est-ce que tu dirais de l’influence de ton environnement direct sur ta musique?

Tout est tellement embrouillé et imprévisible à Gizeh. C’est partout autour de toi. Tu ne peux pas te détacher de ça, même en essayant très fort. Ça m’a pris un moment avant d’utiliser cette énergie d’une manière pertinente dans ce que je veux présenter musicalement.

“Cet état d’accomplissement presque transcendant dans lequel t’installes une track bien construite, c’est ce que je cherche en ce moment”

En ce moment j’essaye de vraiment accepter cet aspect désordonné de Gizeh, principalement dans la façon dont les différents éléments harmoniques interviennent dans le rythme des tracks. C’est une composante de l’image générale des tracks sur lesquelles je suis entrain de travailler. Quand j’ai fini le laborieux mixage et mastering des tracks, lorsque tous les éléments et toutes les fréquences occupent les espaces qui leur sont destinés dans le mix, c’est à ce moment-là que je ressens une forme d’aboutissement. Dans cette combinaison entre les harmoniques, les rythmiques et l’espace. Cet état d’accomplissement presque transcendant dans lequel t’installes une track bien construite, c’est ce que je cherche en ce moment.

Est-ce qu’on peut parler d’une forme de sous-culture autour de la musique électronique au Caire, est-ce que tu as l’impression de faire partie d’une communauté ?

En termes de sous-cultures, je pense qu’il y en a plein en Égypte. Même si elles ne sont pas très explicites ou consciemment présentes, elles sont là. La plus forte d’entre elles étant la contre-culture jeune. A chaque fois que je vois un de mes amis musiciens, dans la conversation, il y a toujours une partie « ras le bol » à propos de quelque chose liée à la culture.

Bien sur qu’il existe une communauté dont je fais partie même si ce n’est pas le fruit de ma décision. Je loue l’individualité, énormément. À une plus petite échelle, plus réaliste, le seul artiste avec lequel je suis en contact au quotidien et de manière proche, c’est Mostafa Onsy. On partage beaucoup de valeurs dans la musique et dans la vie en général.

Et puis bien sûr il y a tous les gens qui gravitent autour de VENT; des artistes, des gens des médias, du business ou juste des gens qui en ont marre de la routine égyptienne et des conneries au niveau social. C’est certain que cet espace aide à créer beaucoup d’opportunités pour plein de gens, juste en réunissant toutes ces différentes personnes dans un même endroit. Au niveau personnel ça m’aide énormément à redéfinir le son 1127 au-delà de l’énorme influence UK club. Ça fait le lien entre ces deux univers, bien que le second soit seulement virtuel. Ça m’a aussi aidé à forger le son initial de 1127 d’ailleurs.

Est-ce que c’est facile de développer des soirées autour de la musique électronique au Caire?

Les égyptiens adorent faire la fête et ça se ressent au niveau de la vie nocturne, en particulier là où je vis, à Haram, où se concentre la plupart des cabarets orientaux middle class. En ce qui concerne les clubs de musique électronique, il n’y en a pas tant que ça. La moyenne égyptienne n’est pas aussi exposée à la musique club que nous le sommes. Peu de personnes y adhèrent en fait, tellement peu que cette minorité recherche elle-même de la nouvelle musique. En ce moment on ne peut distinguer que deux cercles dans la vie nocturne autour des clubs électroniques: le premier avec tous les gosses de riche qui veulent être cool en écoutant tout ce qui est « deep »; et un autre avec la vague de la musique club du bulgare Lu4o, la « tribal tech », comme ils l’appellent. Ce sont les deux cercles bien établis autour de la musique électronique que je vois. Ensuite il y a la partie mainstream de la scène shaabi et les cabarets plus traditionnels avec de la musique égyptienne. Voilà où en est la vie nocturne en Égypte.

“On manque d’espaces qui se concentrent uniquement sur l’art et beaucoup de choses font qu’on se lasse avant même de voir des évolutions”

Pour moi VENT est ici le seul espace qu’y puisse aider au développement d’un mouvement sain, que ce soit du côté artistique ou du divertissement. Comme je l’ai dit, la vie nocturne n’est pas si pauvre: tu peux sortir faire la fête et t’amuser dans beaucoup d’endroits, mais il n’y a pas d’endroit où tu puisses aller juger la musique dans les mêmes conditions qu’à VENT et son contexte particulier. Malheureusement on manque d’espaces qui se concentrent uniquement sur l’art. Il y a beaucoup de choses qui font qu’on se lasse avant même de voir des évolutions. Et pour première cause il y a le mauvais goût ambiant lié à l’apathie et au manque d’exposition à des médias décents (voir même à leur inexistence), à la paresse; tout ça faisant partie de notre culture. Et puis il y a aussi la religion, la société, le contrôle excessif et tous les préjudices stupides qui y sont liés.

C’est différent de l’Europe par exemple; vous avez des médias de qualité, de bons clubs. Il est plus normal pour vous de grandir en ayant des références en terme de DJs, ou d’avoir un ami plus vieux qui est dans la culture club, ou tout simplement d’être exposé à de bonnes radios.

Pas forcément. Tu ne trouveras pas d’endroit où vit une musique électronique de qualité dans chaque grosse ville d’Europe, mais tu trouveras toujours des clubs qui diffusent de la musique commerciale.

C’est vrai, ce truc commercial est présent partout mais il y a tout de même une quantité importante de musique underground à l’étranger. Je n’ai jamais été exposé à quelque chose de tel à Gizeh quand j’étais plus jeune, c’est pour ça que je suis compréhensif des goûts musicaux prédominants en Égypte.

Quand j’ai commencé à produire de la musique vers 2011, c’était principalement du hiphop et la scène était seulement composée de rappeurs, de beat markers et de photographes. Ce que je veux dire c’est qu’on avait vraiment peu de public à cette époque, et c’est toujours le cas, c’est très rare de trouver un égyptien moyen qui est impliqué dans ce genre de musique, qui y est exposé, ou qui le supporte.

Mais le tableau n’est pas si noir. Il y a la partie underground de la musique Shaabi et toutes ses composantes; les producteurs et les MCs qui font de la musique dans leur chambre pour casser la routine des quartiers pauvres dans lesquels ils vivent, des mariages qui ont lieux dans la rue, des toktoks…La musique Soufi et tout ce qui s’en rapproche ont des contenus très spirituels, notamment pendant le Moled; une forme de rassemblement pour rendre hommage à une figure religieuse avec une performance musicale par un groupe et un Monshed. Toutes ces sous-cultures sont plus présentes que jamais et elles sont plus accessibles grâce à internet. Espérons que dans un futur proche cela ouvre de nouvelles portes à plus de jeunes artistes égyptiens.

Est-ce qu’il y a des projets – pas forcement artistiques – qui attirent ton attention dans la région Méditerranéenne?

Là sur le moment, il n’y en a aucun qui me vient à l’esprit. À chaque fois que j’essaye de me tenir au courant de l’actualité je deviens frustré ou ennuyé de toutes ces conneries au niveau politique et social dans la région. Depuis que je suis rentré des Émirats je vois tous ces nouveaux quartiers et leurs centres commerciaux qui se propagent et je trouve ça un peu effrayant. Je me rappelle m’être arrêté devant un guichet automatique lorsque j’en ai vu un pour la première fois en Égypte, au milieu de tous ces grands magasins et de ces chaînes de fast food, à penser à combien tout cela parait robotique. Ce niveau de consumérisme total m’intimide en fait.

Au niveau positif, quand je suis allé à Dahab (Égypte) cet été, j’y ai tout de suite remarqué tous ces lampadaires à énergie solaire. Honnêtement je ne m’attendais pas à voir des choses de ce genre dans un futur proche en Égypte. Le jour où on installera ces lampadaires dans n’importe quelle grande ville du pays, ils seront tous volés dans la nuit.

En terme de musique, quels sont tes plans pour le futur?

Je suis dans une phase où j’écoute beaucoup d’ambient et d’expérimental, des choses comme Black Hymn Records et Videogamemusic. J’échange avec plusieurs artistes qui font partie de ce mouvement club basé sur le web; beaucoup de gens d’Europe, des US et d’Afrique du sud. La plupart d’entre eux sont complètements indépendants, chacun fait son propre truc sans s’intéresser au profit. Le crew Classical Trax, des labels comme Non et Seagrave pour en nommer quelques un. J’ai des sorties à venir sur les deux derniers cités et j’en suis plutôt excité !

“Je ne veux pas que le futur soit seulement physique et national mais plutôt global à travers internet”

En ce moment j’essaye aussi de comprendre comment fonctionne le coté marketing des choses. Comment faire écouter aux gens quelque chose avec lequel ils ne sont pas familiers, qu’ils ne peuvent pas forcement attraper. Je pense qu’après toutes les performances et sorties que les artistes égyptiens ont eu jusqu’à présent c’est vraiment important de réfléchir aux bons chemins à prendre pour propager ça dans la bonne direction. J’adorerais voir le pays évoluer jusqu’au point où il y aurait un public pour chaque style de musique électronique, avec des clubs et des soirées pour chaque genre. Du point de vue du public, on ne fait pas de la musique égyptienne, mais qui fait attention à ça… J’ai jamais cru à la catégorisation nationale de la musique selon les tempos ou les sons utilisés dans un morceau donné, je considère ma musique et celle de beaucoup de mes pairs comme une partie d’un territoire virtuel, plutôt que géographique, on passe tous tellement de temps en ligne. C’est là ou je regarde, je ne veux pas que le futur soit seulement physique et national mais plutôt global à travers internet.

 

Plus d’infos sur les page fb 1127 & Cellar Door

(Aprés une pause estivale) The Crab revient dans une des zones les plus célestes de la région Méditerranéenne. Rencontre avec le duo italien My Cat Is An Alien qui nous emmène en voyage dans sa discographie.

unnamed

Maurizio et Roberto Opalio viennent de Turin et font de la musique ensemble depuis près de 20 ans. En marge de la scène artistique locale, les deux frères ont l’habitude de passer du temps perchés dans les montagnes à explorer l’espace à travers le prisme de la musique expérimentale. La manière dont My Cat Is An Alien conçoit la musique se matérialise en une discographie astronomique: environ 150 sorties jusqu’à aujourd’hui.

Les deux frères voient plus loin que les disques et s’expriment à travers différents médiums et formes artistiques; considérant leur art comme une déclaration spirituelle au milieu de la période dans laquelle nous vivons. La musique de My Cat Is An Alien nous plonge dans quelque chose d’organique et d’introspectif et leurs performances live ont un aspect chamanique. Au printemps dernier The Crab était au live audiovisuel qu’ils présentaient avec Jean-Marc Monterra à Montevideo à Marseille. Les trois musiciens jouaient et se déplaçaient autour de leurs mystérieux instruments auto-construits comme s’ils manipulaient de l’énergie, pour créer des décors ambiants profonds, à base de cordes, de voix aériennes, de nappes synthétiques, de sonorités cosmiques et subaquatiques.

Pour le mix qu’ils nous offrent Roberto et Maurizio ont pioché dans leurs travaux de ces dernières années afin de construire quelque chose qui pourrait représenter la complexité et la variété de son de MCIAA.

« On a utilisé des joyaux qui sont très importants dans le développement de MCIAA, qui représentent tous les éléments qui convergent dans notre musique (de l’électronique à l’acoustique, du noise à l’ambient, des choses plus lyriques à la totale explosion), pour finir avec une bande originale qu’on a créée pour un des films de Roberto. C’est une pièce d’une heure dans laquelle on peut avoir une vision ciblée et assez large de la musique de MCIAA ».

Le premier morceau est une première de leur prochain album ”The Dance of Oneirism”.

On peut s’y laisser flotter en découvrant les perspectives de ces deux poètes sur leur musique, les Alpes et la Méditerranée, parmi d’autres sujets.

Est-ce que vous pouvez présenter vos projets en cours dans vos propres mots?

Roberto – Notre projet est une mission ontologique et existentialiste nommée My Cat Is An Alien (MCIAA). C’est notre raison d’être, un projet musical que mon frère Maurizio et moi avons commencé en 1998. Mais MCIAA n’est pas qu’une affaire musicale. MCIAA est d’abord un concept. Comme une spirale d’énergie cosmique, ça nous emmène dans toutes les formes visuelles d’expression artistique. Peut-être même que le mot «projet» n’est pas la définition la plus appropriée, MCIAA est en fait notre « choix », sans qu’il n’y ai de façon d’en sortir. Ce que nous faisons est une déclaration radicale, intellectuelle et philosophique, très poétique, contre la période creuse et noire que nous sommes tous en train de vivre – le nouvel age sombre en fait. C’est un « acte de beauté » révolutionnaire offert à la race humaine ; parce que les gens en ont besoin, même si – et surtout lorsque – ils ne savent pas qu’ils en ont besoin.

Dans les scènes musicales et artistiques expérimentales on nous appelle des outsiders – ce qui est vrai! On nous considère aussi comme des «chamanes» du nouveau millénaire en référence aux performances live de MCIAA qui sont de vrais rituels qui composent avec les concepts de temps et d’espace, de vie et de mort. On construit un pont entre le cri primordial et archaïque du premier être humain vivant sur terre et la paix éternelle de la dimension des Sphères.

Le but de MCIAA est de questionner les concepts d’art et de musique contemporains en eux-même, d’en renverser les règles et les principes. C’est une responsabilité surhumaine et des efforts créatifs, poétiques, esthétiques et philosophiques qui n’ont pas d’égaux de nos jours. C’est ce pourquoi MCIAA est tant respecté mondialement, même si c’est souvent plus par admiration que par une réelle compréhension de notre art. MCIAA est principalement un projet musical, tout en étant complètement connecté avec les disciplines artistiques les plus diverses – la peinture, le dessin, la photographie,”the cinematric poetry” des films et des vidéos, l’installation, l’écriture et la poésie – jusqu’à former une seule entité intermédias. MCIAA est un univers non fini en expansion constante qui inclut les formes d’expression artistique les plus avancées et les plus radicales, encore largement méconnues. Une forme d’art complètement « alien » en fait !

De toutes façons, c’est pas grave si tout le monde n’est pas encore prêt à comprendre notre art et notre musique, on continuera dans tous les cas à faire ce que l’on fait. Peut-être que MCIAA sera redécouvert dans 40 ou 50 ans, après que nous ayons quitté cette terre, et peut-être qu’il sera complètement compris à ce moment là. N’était-ce pas le sort réservé à Sun Ra et Harry Partch ?

Est-ce que vous vous rappelez de la première fois où vous avez joué de la musique ensemble?

Roberto – Lorsque Maurizio a enregistré le premier et mystérieux CD-R homonyme sous le pseudo « My Cat Is An Alien », j’ai seulement participé à la sélection des tracks et – plus important encore– à créer le nom du groupe et le logo du «chat alien ». A cette époque je fesais beaucoup de peinture et de photo. J’étais aussi un grand amoureux de musique sans avoir jamais envisagé d’en faire moi-même. Un jour on était tous les deux au sous-sol et mon frère m’a incité à ajouter de nouveaux sons à la musique qu’il était en train de faire…Pour la toute première fois j’ai attrapé une guitare électrique, une paire de pédales à effets, et surtout, un pistolet-jouet de l’espace que j’avais gardé de mon enfance (j’ai une collection avec des centaines de jouets de l’espace). Et là destinée de MCIAA s’est accomplie : je veux parler du rituel magique qui a donné naissance à une entité musicale unique, avec un vocabulaire qui lui est propre, « alien », parce qu’elle sonne comme rien d’autre sur cette planète. Notre première sortie a été la « pierre philosophale » : ce bloc de ciment et d’acier titré « Landscapes Of An Electric City » (1999) qui a supprimé les concept de temps et d’espace à jamais, qu’on considère comme le premier album officiel de MCIAA, forgé à Turin et dédié à Turin – notre ville.

Vous avez une discographie assez massive et votre musique est basée sur de l’improvisation ; vous parlez souvent d’une approche ontologique et non-finie. Je me demande quand est-ce que vous décidez d’enregistrer une session d’improvisation pour ensuite la sortir ?

Roberto – Merci de poser la question, ça peut-être utile pour éclairer un peu la nature de notre discographie : c’est vrai, les gens se sentent souvent pétrifiés par la grande quantité de disques qu’on a sorti, et on va vous montrer en quoi cela est une mauvaise approche de notre musique. On ne dément pas avoir diffusé une certaine quantité de notre travail à travers le monde (environ 150 sorties de MCIAA, sans parler des projets qu’on a coté et de nos projets solos). On l’a fait au nom d’une certaine idée de la musique, comme une vrai auto-régénération ontologique du but et de la raison de la création. En d’autres mots, notre musique représente l’antithèse de l’approche « documentaire », typique d’un certain genre de la scène de la musique improvisée, qui prive l’art de son propre sens et de son « existence sémantique ». C’est pour ça qu’on appel notre processus de création« composition instantanée »: c’est clair qu’on parle de vrais compositions, avec un début/un développement/une fin ; leur particularité étant d’être instantanément générées au moment de leur création, au lieux d’être préalablement définies ou pré-déterminées. Ce processus de composition tend à suivre les traces chamaniques du rituel archaïque, passant à travers les barrières du temps et de l’espace qui l’entourent pour créer ses propres « tables of knowledge ».

“Chacun de nos disques est autant nécessaire à l’humanité que l’air qu’on respire tous”

En tant que MCIAA on enregistre toutes nos créations, et ensuite on décide si c’est nécessaire ou non de les publier, si elles peuvent apporter une pièce essentiel au puzzle de ce que l’on a déjà sorti, tout en emmenant la musique contemporaine encore plus loin. Ainsi, dans la perspective d’emmener la musique plus loin, vers de nouveaux territoires encore inexplorés, chaque sortie est essentielle. Plus encore, chaque disque est autant nécessaire à l’humanité que l’air qu’on respire tous, parce qu’il est fait d’une manière pure et vitale. C’est pour ça que les gens ne doivent pas se sentir effrayés ou perdus devant la discographie de MCIAA : ils doivent juste faire un premier pas dans cet univers, sans préjugés, en choisissant un disque au hasard, en étant conscient que peu importe l’album de MCIAA qu’ils choisiront changera de toute façon leur vie à jamais. Tout ce que nous faisons est une pure larme d’infinité.

Vous vivez la plupart du temps dans les Alpes je crois, vous êtes souvent en voyage pour jouer à travers le monde, et vous êtes fascinés par l’espace. Quels genres d’expériences ont le plus d’influence sur votre esprit et sur votre art ?

Maurizio – Oui tu as raison, on passe la plupart du temps dans un endroit très particulier perché dans l’Ouest des Alpes, où l’on crée presque toute notre musique. Certains de nos ancêtres y vivent…pour nous c’est l’endroit du « mythe », comme si on ne faisait plus qu’un avec le flux de l’éternité. Pour toutes ces raisons, et pour d’autres encore, nous avons décidé de garder cet endroit totalement « secret » du reste du monde.

Oui, on voyage souvent pour jouer à travers le monde, parce qu’on pense que les gens ont parfois besoin d’être directement connectés avec MCIAA à travers nos performances live audiovisuelles. A chaque fois que l’on joue on donne naissance à un rituel magique, chamanique, qui s’infiltre et qui a des répercussions sur le corps et l’esprit du public. On parle d’arcane, de forces et d’énergies primordiales, et ceux qui assistent aux lives de MCIAA en font partie.

Et oui, on est fascinés par l’espace, mais dans notre corps de travail nous considérons l’élément « espace » tout aussi important que l’élément « temps », les deux étant toujours strictement connectés. Les expériences qui touchent le plus notre esprit et notre art sont des instants extatiques de pure poésie qui ne peuvent être exprimés en aucune manière avec des mots. On est sûr que vous comprendrez ça.

Vous semblez être attachés à l’héritage musical des Alpes de l’Ouest, est-ce que vous pouvez nous parler un peu de la “tradition rurale de votre région”?

Maurizio – Notre région alpine a une longue histoire d’échanges entre les gens qui vivent des différents cotés de la montagne et des frontières ; qui parlent souvent des langues différentes, qui appartiennent à plusieurs groupes ethniques, chacun avec sa propre identité culturelle et sa religion. Même avant les Romains, les gens qui vivaient dans nos vallées ont vécu le passage des armées. Et souvent même les villages les plus hauts n’ont pu échapper à la furie des ravages des Sarrasins, tout comme aux épidémies qui se propageaient depuis les grandes villes et les villages dans les plaines – au XIXème siècle certains villages ont été décimés par ces fléaux.

Et bien sûr depuis le début du XXème siècle, les technologies modernes exploitent les ressources naturelles, transformant le territoire mais aussi la mentalité des gens d’une certaine manière. Mais malgré tout ça chaque petite ville possède toujours son héritage et en prend soin, avec les festivités sacrées, le saint patron. Il existait un job d’été très particulier près d’ici entre le XIXème et le XXème siècle : à minuit quelques douzaines de « montagnards » très maigres quittaient leurs humbles demeures pour monter jusqu’au sommet de la montagne et atteindre, à l’aube, un glacier perché a 3100m d’altitude. Là haut, ils découpaient littéralement des blocs de glace d’environ 300kg, les attachaient à une luge en bois pour qu’ils descendent la pente raide inclinée souvent à 60° degrès, pour ensuite les mettre dans le train qui partait tôt pour un long trajet en direction de Turin ou Milan – comme ça, tous les bars et cafés pouvaient servir des glaces et des boissons fraîches!

En tout cas, nous ne sommes pas attachés à l’héritage musical de ce territoire comme tu le disais. La musique qu’on fait à des racines et des origines beaucoup plus lointaines qui ne peuvent être comparées à aucun endroit sur terre. Quand on a emménagé dans les Alpes de l’Ouest on a senti une connexion encore plus forte entre l’archaïque et le future. En tout cas, les Alpes de l’Ouest ont une autre sorte d’influence. On a vu des vieux hommes – qui ne sont pas des musiciens professionnels – fabriquer à la main des instruments à corde traditionnels pour leur simple plaisir. Ca m’a donné l’idée d’inventer de nouveaux instruments à corde et en bois, juste avec mes mains. Chacun d’entre eux est un instrument à « cordes étranges » avec ses propres règles, une forme particulière, des accords bizarres, et je suis le seul à pouvoir en jouer.

Qu’est-ce qu’évoque le mot “Méditerranée” dans la tête de deux frères venant d’une autre dimension?

Maurizio – Question difficile! On ne peut pas nier le fait qu’on associe un peu le mot «Méditerranée» au mot «maison». Mais en même temps on se sent complètement étrangers et déconnectés de la myriade des civilisations que ce terme englobe.

“Le bassin méditerranéen ressemble à la cour dans « Fenêtre sur Cour» d’Alfred Hitchcock”

Il y a peut-être une bonne référence cinématographique qui illustre notre sentiment par rapport à ça. Le bassin méditerranéen ressemble à la cour dans « Fenêtre sur Cour» d’Alfred Hitchcock: un espace à premier vue calme, délimité, qui fait face une rue agitée (comme si cette cour était entourée par un monde inconnu); avec des gens de toutes sortes qui vivent dans les appartements, et malgré le fait que ces voisins partagent un espace commun, ils se connaissent à peine les uns et les autres (où s’ignorent) ; et le calme de l’appartement révèle parfois des drames, des cruautés ou même des crimes cachés. Et en tant que MCIAA, parfois en rentrant à la « maison » on se sent un peu comme James Stewart dans ce film:on se sent seulement témoin de cette « injustice intellectuelle » qu’on combat à travers notre art, et on espère que quelqu’un nous croira avant qu’il ne soit trop tard.

Quelle est la suite pour My Cat Is An Alien?

Roberto – Pendant toutes ces années passées on a eu plusieurs contacts et collaboré avec les musiciens et les artistes visuels qu’on apprécie le plus. On vient juste de commencer un projet collaboratif avec l’exceptionnel guitariste français Jean-Marc Montera, ce trio s’appelle MCIAA-JMM. Et on a en a un autre avec Eerle, la chanteuse de Talweg et de La Morte Young ; c’est la nouvelle voix la plus excitante tout droit sortie du ventre de l’underground français.

En termes des sorties à venir, le nouvel album de MCIAA, « The Dance Of Oneirism », sortira le 30 Septembre. Ce sera un double album sur vinyle coloré , avec une face D sérigraphiée en quatre couleurs différentes. C’est un vrai travail audiovisuel puisqu’il contient aussi une de mes art-card poétique et surtout un art-book de 30x30cm (qui est aussi disponible séparément du disque); c’est un livre de photos avec une séquence de diapositives que j’ai prises depuis mon balcon à Turin en Octobre 2000. On a trouvé que c’était la parfaite réflexion visuelle de « The Dance Of Oneirism » quand on était en train de finaliser l’album. Cet album représente un nouvel MCIAA, essentiel, et une étape vers l’avant excitante. Certains des critiques musicaux les plus connus, qui ont écouté l’album à l’avance, l’ont déjà défini comme un travail révolutionnaire, et David Keenan – dans sa préface prolongée qui accompagne le disque – a écrit que c’était « le plus génial des travaux de longue forme de MCIAA ». D’un point de vue musical, le nouvel élément qui caractérise tout le travail est l’introduction de beats électroniques un peu trance et de rythmes dans une structure qui efface tous les concept déjà explorés dans l’histoire de la musique expérimentale, de Charley Patton à Schoenberg, directement vers le futur.

Plus d’infos sur le site et le tumblr des My Cat Is An Alien.

(After a summer break) The Crab is coming back into one of the most celestial zones of the mediterranean area. Let’s speak with italian duo My Cat Is An Alien and follow them on a trip inside their discography.

unnamed

Maurizio and Roberto Opalio are from Turin and have been making music together for almost 20 years. On the margin of the local art scene, they are used to spend some time perched in the moutains to explore space and time through the prism of experimental music. The way they conceive music as My Cat Is An Alien drives to an astronomic discography : about 150 releases until today.

Looking at their art as a spiritual declaration in the period we live in, the two brothers are seeing further than records and express themselves on various mediums and art forms. My Cat Is An Alien’s music sets us into something organic and introspective and their live performances have a shamanic appearance. Last Spring the Crab was at the a/v performance they performed with Jean-Marc Monterra at Montevideo in Marseilles. The three musicians were moving around their mysterious self-made instruments as if they were manipulating energy, creating deep ambient sceneries with cords, airy voices, synthetic coats, subaquatic and cosmic sounds.

For the mix they offer us, Roberto and Maurizio dipped into their works of the latest years to build something that could represent MCIAA’s variety and complexity of sounds.

« We put some gems very important in MCIAA’s development, and which represent all elements that converge into our music (from more electronics to acoustic, from more noise to ambient, from

more lyrical to total blasts); then it ends with the soundtrack we created for one of Roberto’s films. It’s a 1-hour long piece where you can get a focused and large vision of MCIAA’s music ».

The starting track is a premiere of their forthcoming album ”The Dance of Oneirism”.

You can let yourself floating upon this while reading the perspectives of the two poets on their music, the Alps and the Mediterranean amongst various topics.

Enjoy and thanks to the aliens!

Could you introduce your current projects in your own worlds?

Roberto – Our project is the ontological, existentialist mission called My Cat Is An Alien (MCIAA). It’s the meaning of our lives, a musical project that my brother Maurizio and I started in 1998. But MCIAA is not only a musical matter. MCIAA is primarily a concept. Like a spiral of cosmic energy, it engages us in every kind of visual form of artistic expression too. Maybe even “project” is not the most appropriate definition, ‘cause actually MCIAA is our “choice” with no way out. What we do is a radical intellectual, philosophical and strongly poetical statement against the empty & dark times we’re all living in – the new Dark Ages indeed. It’s a revolutionary “act of beauty” offered to human race ‘cause all people need it, even if – and especially when – they don’t know they need it.

Inside the experimental musical and artistic scene we are called outsiders – and this is true!
We’re also considered sort of “shamans” of the new millennium, because MCIAA’s live performances are proper rituals that deal with the concepts of space and time, life and death, building a bridge between the primordial archaic howl of the first human being on Earth and the eternal peace of the dimension of the Spheres.

MCIAA’s aim is to call into question the concepts of contemporary music and art themselves, subverting their rules and principles. It’s a superhuman responsibility as well as a creative, poetic and aesthetic/phylosophic effort without equals in our historic period: this is why MCIAA are extremely respected worldwide – even if sometimes mostly for awe rather than for real understanding of our art. MCIAA is prevalently a musical project, but so strictly interconnected with the most diverse artistic disciplines – painting and drawing, photography, “cinematic poetry” films and videos, installation, writing and poetry – as to result a single intermedia entity. MCIAA is a non-finished universe in neverending expansion which includes the most advanced and radical forms of still-totally-unknown artistic expression – a totally “alien” form of art indeed!

Anyway, it does not matter if all people is ready to understand our music / art or not – we’ll go straight ahead to death. MCIAA will be completely understood maybe in 40-50 years, and rediscovered after our terrestrial departure – but wasn’t this Sun Ra and Harry Partch’s fate too?

Do you remember the first time you played music together?

Roberto – When Maurizio recorded the mysterious, homonymous debut CD-R under the moniker of My Cat Is An Alien, I only contributed to the selection of the tracks and – most important – the band name and the “alien cat” logo. At that time I would make lots of paintings and photos, and I was a huge music lover, but I had never considered making music myself. One day we were together in the basement, and my brother pushed me to try to add new sounds to the music he was making… so for the very first time I picked up an electric guitar, a couple of pedal effects and especially a space toy gun from my childhood (now I have a collection of hundreds of space toys), and MCIAA’s destiny came true: I’m speaking of the magic ritual that gave birth to a musical entity with a vocabulary of its own, unique and “alien”, ‘cause it sounded like nothing else on the planet. Our first output was also the “philosopher’s stone”: that block of cement and steel entitled “Landscapes Of An Electric City” (1999) which deleted the concepts of time and space forever, and that we consider MCIAA’s first official debut album, forged in Torino and dedicated to Torino – our hometown.

You’ve got a massive discography and your craft is based on improvisation; you often talk about a non-finished and ontological approach. I wonder how and when you decide to record a jam session to release it?

Roberto – Thanks for the question, it might be useful to shed some light on MCIAA’s discography matter: indeed, people often feel petrified by the large number of our releases, but now we’ll show how much wrong is this approach to our music. We don’t deny we have spread throughout the world a certain amount of works (about 150 releases as MCIAA, not considering soloist and side projects). We did it in the name of an idea of music as proper ontological self-regeneration of the creative aim and purpose. In other words, our music represents the antithesis of the “documentary” approach which is typical of a certain kind of improvised music scene and which deprive art of its own sense of “semantic existence”. This is why we call our creative process “instantaneous composition”: so it’s clear that we’re talking about proper compositions, with a beginning / development / end; their peculiarity comes from being instantaneously generated in the same moment of their creation, instead of being previously fixed scores or predetermined in any possible way. This process of composition is intended to follow the shamanic path of the archaic ritual, going beyond the time and space barriers that surround it in order to create its own “tables of knowledge”.

“Each one of our release is necessary to humanity as much as the air we all breathe”

As MCIAA we record all of our creations, then we decide whether it is necessary or not for them to be published, we mean if they can add an essential new piece to the puzzle of what we already released, but nonetheless to push forward the whole contemporary music. Thus every release is essential in the perspective of pushing all music ahead, towards new and still unexplored territories. Furthermore, every release is necessary to humanity as much as the air we all breathe because it is made of pure and vital matter. Therefore people must not feel frightened or lost in front of MCIAA’s discography: all they must do is to start entering this new universe without prejudice, randomly choosing a record, being aware of the fact that whichever MCIAA’s album they might choose will anyway change their life forever. All we do is a pure tear of infinity.

You’re living in the Alps most of the time if I’m right. You’re often travelling to play all around the world. You’re fascinated by space. What kind of experiences most affected your mind and your art would you say?

Maurizio – Yes you’re right, we spend most of our time in a very peculiar place up on the Western Alps, where we create almost all our music. Some of our ancestors lived there… for us it’s the place of the “myth”, we feel as one with the flux of Eternity. For all these reasons and more, we decided to keep it totally “secret” from all the rest of the world.

Yes, we’re often travelling to play all around the world, because we think that sometimes people need to connect directly with MCIAA through our live audiovisual performances. Every time we play live we give birth to a proper shamanic, magic ritual that permeates and affects the mind and body of the audience. We’re speaking of arcane, primordial forces and energies, and people attending MCIAA’s live shows become part of it.

Yes again, we’re fascinated by space, but consider that within our entire body of work the “space” element equals in importance the “time” element, the two always strictly interconnected. The experiences that most affected our mind and art are instants of such pure and ecstatic poetry that cannot be expressed in any way with words. We’re sure you’ll understand.

You seem to be attached to the musical heritage of western Alps, could you tell us a bit about “the rural tradition of your region”?

Maurizio – Our alpine region has a long history of exchanges between people living on different sides of the mountain ridge and of country borders, often speaking different languages, belonging to several ethnic groups, each with their own cultural identity and religion. Even before Romans, people living in our valleys often experienced the passage of armies, and sometimes even the highest villages did not escape the fury of Saracen ravages, as well as that of pestilences spreading from the biggest towns and cities in the plain – in XIX century some villages got decimated by those plagues.

And of course the modern technologies have been exploiting the natural resources starting from the beginning of XX century, transforming not only the territory but somehow people’s mentality too. Yet, despite all this, each little town still owns and takes care of its

past heritage, holy festivities, its saint protector. A very peculiar summer job existed near here between XIX and XX century: few dozens of very skinny “mountaineers” would leave their humble homes at midnight and climb a mountain peak to reach a glacier at 3100 meters at dawn, then they would literally cut blocks of ice weighting approximately 300 kilograms, tie them to a wooden sled and run down the very steep slope that often reached 60 degrees, in order to put them on a train ready to leave early in the morning for a long trip to Torino and even Milan – in this way all cafés and bars could offer cold drinks and icecreams!

Anyway, we are not attached to the musical heritage of this territory as you mean it. The music we make has way farther origins and roots which cannot be related to any place on Earth. When we moved to the Western Alps we felt even more strong the communion between archaic and future. Anyway, Western Alps had another kind of influence: we saw some old men – not professional musicians – handcrafting traditional string instruments for their own pleasure. This gave me the idea to invent new wooden string instruments totally with my hands; each one is a unique “strange strings” instrument with its own rules, peculiar shapes and weird tuning, and I’m the only one able to play them.

What does the world “Mediterranean” call in the mind of two brothers from another space?

Maurizio – Really a difficult question for us! We cannot deny we feel the word “Mediterranean” a bit like “home”, but at the same time we feel totally strangers, disconnected from the myriad of civilizations that the term implies.

“The Mediterranean basin resembles the courtyard of Hitchcock’s Rear Window”

There’s probably a good reference in cinema that can represent how we feel about it. The Mediterranean basin resembles the courtyard of Hitchcock’s “Rear Window”: an apparently quite, restricted area that faces a busy street (this a sort of “unknown” world that surrounds it); people living in the apartments are of all sorts, but despite the fact that all neighbours share the same common place they barely know (or even care of) each other; and the apparent quietness eventually reveals hidden dramas, cruelty and even crimes. Well as MCIAA sometimes we come back “home” and feel a bit like James Stewart in that movie: we feel the only witnesses to “intellectual injustice” which we fight with our own art, and we hope someone else will believe us before it’s too late.

What’s next for My Cat Is an Alien?

Roberto -During all these past years we had several contacts and collaborations with musicians and visual artists we appreciate the most. Now we just started a collaborative trio project with French guitarist extraordinaire Jean-Marc Montera called MCIAA-JMM, and another with Eerle, female singer of Talweg and La Morte Young, the new and most exciting voice from the belly of the French underground.

Speaking about forthcoming releases, on September 30 MCIAA’s new album entitled “The Dance Of Oneirism” will be out. It will be a double coloured vinyl LP, with Side D silkscreened in four different colours. It is a proper audiovisual work, since it also contains a poetry art-card of mine and especially a 30×30 cm art book (also available separately from the record); it’s a photographic book featuring a sequence of slides which I took from my balcony in Torino in October of 2000, and which we felt as the perfect visual reflection when we finalized the album “The Dance Of Oneirism”. This is going to represent an essential MCIAA’s new and exciting step forward. Some of the most known music critics worldwide, listening to the album in advance have already defined it as a revolutionary work, and David Keenan – in his extended foreword which will be included in the record – has written of it as “MCIAA’s greatest long form work”. Musically speaking, the new element characterizing the whole work is the introduction of trance-like electronic beats and rhythms within a structure that wipes out any concept already explored in the history of experimental music, from Charley Patton and Schoenberg straight to the future.

More informations on My Cat Is An Alien website and tumblr

Special thanks to Chloé for the translation

Pong 06

For its debut, The Crab has let himself float on heavy and hypnotic loops to meet Pulse Code Modulation, a techno producer based in Marseilles.

Active since the mid 90’s, he started by creating a few tracks for compilations before releasing an album on the french catalogue Megaphone Records. Then he founded his own label, Pong Music, which counts now about ten PCM EPs. Openly influenced by European pionners like Autechre, Coil or Basic Channel, PCM develops an atmospheric music oscillating between ambient, deep and dub techno.

The pulse code modulation  is a method used to digitally represent sampled analog signals. Today, this alias illustrates well the passion of this producer who composes without opposing digital and analogic tools. If he started to produce by computer a few years ago, PCM is above all else a vinyl and machine aficionado; keyboards, drum machines and midi controllers still fill his studio space.

The following interview is an occasion to learn more about this dance music “veteran”; we talked wit him about his influences, his views on contemporary techno, on the mediteranean sea, synthetic drugs and more. He also gifted us with a podcast in which are mixed electronic reveries, techno and…Rock’n roll. The Crab sincerely thanks PCM, it’s an honour to start this blog with him.

How have you seen your music evolve?

I rarely reflect on my work…I tend to create without thinking about trends and evolutions. But as you’re asking, I’m willing to think about it. I’m not living on my music and I don’t try to, so I’m not under any pressure. I’ve been producing under this alias for more than 20 years now, my first release dates back from 95 on a compilation…And my last releases sound rather timeless, as I stay on an old school Techno scheme. I went from a form of techno-ambient to a deep-house rotating about dub, with obvious references to industrial music that I’ve been exposed to during my youth.

In the mid 2000s, I took a musical break as I felt I didn’t fit in this minimal overproduction and the end of the disco-filtered cycle. The only solution was to stop producing and wait for the desire to come back naturally. Then I started producing again, when I understood that what matters the most is to enjoy yourself, be satisfied with your work…and never mind the trends. As long as you have positive feedback…let’s rock!

I would say that my music has not evolved, that’s more my desires that changed, my tastes asserted themselves and my roots are assumed. Nowadays the tools allow infinite combinations, whereas back in the days I could spend hours exploring machines to get one precise result. I admit that I’m thinking about using my old synths and working in the old way, as I feel like everybody wants to make techno, and with software predominance everybody sounds professional, but talentless. Harmonics, effects, melodies, all that seem unknown to young producers.

Do you think that going out often in clubs is important when you make and play dance music?

I’m not the right person to ask…I don’t go out, or rarely, and mostly to support friends who are mixing or when an artist I like is playing live. I worked for years in the electronic music environment in Paris, I enjoyed this world without taking any substance…And I really liked the music without being in a “let’s make a party” mood. When I go to any particular record store, in France or elsewhere, I notice that there are the nerds who are consuming music by pleasure, and other people who are party addicts. Synthetic drugs aren’t sexy, but I guess they allow people to handle the rythm…That’s why we can notice a return of a mental and cold techno in parallel with a big return of chemical drugs.

How would you say that the internet has affected your musical approach?

Affected…Hmm I wouldn’t say that, even if there are negative aspects. In particular when you’re still putting out vinyls, as I am with my label, and that you find your tracks available on MP3 (compress by power hammer) on an Eastern European website two days after your EP release. So, it becomes just difficult to even recover your costs. On the other hand the web allows to keep in touch with the people following you, to discover artists having the same sensitivity, and also to spread to a large amount of people.

I’m kind of a nerd so the internet has really changed my life for the music, but also for the rest. Economy, culture, information, communication etc. had to reinvent themselves.

After the bursting of the network in the 2000s, many labels had to shut down, as digital affected physical sells. Once past the hangover, I feel like records that are circulating now are better and that the quality is there. You really have to produce a good track if you want to put it on vinyl as that’s expensive and quite unprofitable.

We can find Detroit, German and UK references in your music, could you cite some elements of your direct environment that influence you ?

My daily life, quite simply. From the moment I wake up, I observe, and this certainly plays. Unfortunately pictures too. I’m a big consumer of pictures: TV, internet, cinema…And the worst goes with the best. I have a passion for countercultures, which have been very important in my young years, that’s part of my DNA. All the excesses fascinate me in a way, sectarian, religious, illuminated people, fascim, totalitarism, exorcism, occultism, Anton Lavey, Crowley…Generally it makes me laugh in the 20th degree.

Cinema is also a big influence. I have a passion for Kubrick, Carpenter, Lycnh and Cronenberg. 2001 is the ultimate cinema masterpiece to me -thanks to Clarke’s genius notably-in successfully mixing music and metaphysics. I’m also open to TV shows like Dexter, Six feet under, Sons of Anarchy or even Shameless. On the musical side, I inquire a lot but I don’t listen to a lot of techno and electronic music at the end of the day. Soul, funk, jazz, industrial and ambient are more part of the musical atmosphere that follows me in the daily life. I like the idea to get away from any music similar to mine. Maybe that’s the fear to be too much influenced. I admit that the works of Moritz Von Oswald and Mark Ernestus marked me for life, as the ones of Coil, Lustmord and Autechre. I know their discography by heart and I would never deny that my sound wouldn’t be what it is without them.

Beyond that, and without talking about proper elements, my private and personal environment is most probably the engine of all that. My friends, my loved ones, my girlfriend are my life pillars. Without them I couldn’t do music alone in my own corner…And of course e-mails that I receive, and people who are following me on social medias are important.

Are there projects –not necessarily artistic- that draw your attention in the Mediterranean region?

That’s an excellent question…The Mediterranean basin is the crib of our civilization and it will always be, though it does not please the ones who have problems with colorimetry and skin pigments. When you live in a multicultural town as Marseilles, which is a port moreover, it’s difficult not to accept each others’ traditions. The MuCEM (Museum of Mediterranean Civilisations) was a beautiful project, but it quickly followed the lines of a contemporary art museum. I do not criticize the place which is a success, but its arts programming doesn’t seem to follow the initial project.

There’s also the Union for the Mediterranean, which is still vague, even if it’s a good start

for a sustainable peace in the Near East. France is kind of acting like a referee, that’s touching and irritating at the same time, as if our Maghrebi friends were incompetent. To hold our hand to them is the least we can do, after having depleted the resources of our former colonies. But honestly, despite all these efforts, I believe that religions and ethnic wars have been existing for centuries and keep progressing, and they will still be there after we die.

I really feel European, this feeling is well anchored in me. The economic form predominates, but the idea of a cultural basis remains a nice utopia…Which I hope will continue on its way. The thought of a return to a protectionist state makes me freak out.

What are your plans for the future in terms of music? Do you plan to release other artists’ music on your label?

My last tracks date back from last summer. They have been released on Morpheus, the sub label of Sean Deason’s Matrix, in Detroit. That’s my first release on another label since a while. Sean Deason liked my previous releases and straightaway he suggested me to produce some tracks for him. Since then, I admit that I stood back a little and I focused on live, as it’s an excellent way to rework the tracks and to blow it up for the dancefloor.

So I plan to do more gigs. But I keep producing, unlike some studio stakhanovists, I’m pretty slow…I’m used to taking time to polish the tracks and the effects. The next release is in the pipeline and will be out on digital through Itunes and Bandcamp for the first time, due to a cost factor. But I don’t turn away from the vinyl, the object has a particularly aura. I’ve been wishing to open the label to other artists for quite a while now, and I got some ongoing projects too. Including a compilation which will be out in vinyl before the end of the year hopefully. I contacted several artists that I feel familiar with and I connected with them for this project.

More informations on Pulse Code Modulation and Pong Music facebook pages.

Special thanks to Chloé for the translation.

Pong 06

Pour ses débuts, The Crab s’est laissé flotter sur de lourdes boucles hypnotiques jusqu’à rencontrer Pulse Code Modulation, un producteur de techno basé à Marseille.

Actif depuis le milieu des années 90, il a d’abord réalisé quelques tracks sur des compilations avant de sortir un premier album sur le catalogue français Megaphone Records. Il a ensuite fondé son propre label, Pong Music, qui compte aujourd’hui une dizaine de maxis de PCM. Ouvertement influencé par la techno de Detroit et les pionniers européens que sont Autechre, Coil ou Basic Channel, PCM développe une musique atmosphérique oscillant entre ambiant, deep et dub techno.

The pulse code modulation, ou la modulation par impulsion, désigne la première phase de la numérisation d’un signal électrique analogique . Aujourd’hui, ce pseudo illustre bien la passion de ce producteur qui compose sans clivage entre outils numériques et analogiques. S’il s’est mis depuis quelques années à la production par ordinateur, PCM est avant tout un aficionado du vinyle et des machines ; synthés, boites à rythmes et autres contrôleurs midi occupent toujours de l’espace dans son studio.

L’interview qui suit est l’occasion d’en apprendre plus sur ce « briscard » de la dance music; on a parlé avec lui de ses influences, du marché du disque, de la méditerranée, de son regard sur la techno contemporaine, des drogues de synthèse, et bien d’autres choses. Il nous a même gratifiés d’un podcast dans lequel viennent se mêler techno, rêveries électroniques et…rock’n roll. The Crab remercie chaleureusement PCM, c’est un grand honneur de commencer ce blog avec lui.

 

Comment est-ce que tu as vu ta musique évoluer ?

Je me pose rarement des questions sur mon travail…J’ai tendance à créer sans me soucier des modes et des évolutions. Mais comme tu me poses la question, je veux bien y réfléchir.

Je ne vis pas de la musique et ne cherche pas à en vivre, du coup je ne subis aucune pression. Je compose sous ce pseudo depuis maintenant plus de 20 ans. Ma première sortie date de 95 sur une compilation et mes dernières releases sonnent plutôt intemporelles, car je suis assez resté sur un schéma techno à l’ancienne. Je suis passé d’une forme de techno-ambient à une deep techno tournant autour du dub, avec des références évidentes à la musique industrielle qui a bercé ma jeunesse.

Au milieu des années 2000, j’ai fait une pause musicale, car je ne trouvais pas ou plus ma place dans cette surproduction minimale et la fin du cycle disco filtré. La seule solution était d’arrêter de composer et d’attendre que l’envie revienne simplement. Puis je m’y suis remis, quand j’ai compris que le plus important c’est de s’amuser, d’être satisfait de son travail et tant pis pour les modes. Du moment que tu as un feedback positif…Let’s rock !

Je dirais que ma musique n’a pas évolué, c’est plus mes envies qui ont changé, mes goûts se sont affirmés et mes racines sont assumées. Les outils de maintenant permettent des combinaisons presque infinies, alors qu’avant je pouvais passer des heures à explorer telle ou telle machine pour obtenir un résultat précis. J’avoue que de plus en plus j’envisage de me resservir de mes vieux synthés et de travailler à l’ancienne, car j’ai l’impression que tout le monde veut faire de la techno, et qu’avec la prédominance des softs tout le monde sonne pro, mais sans le talent. Les harmoniques, les effets, les mélodies cela semble inconnu des jeunes producteurs.

Selon toi, est-ce qu’il est important de sortir souvent en club lorsqu’on joue et produit de la dance music?

C’est pas à moi qu’il faut dire ça…Je ne sors plus ou qu’à de très rares occasions, notamment pour soutenir des amis qui mixent ou quand un artiste que j’aime bien fait un live. J’ai travaillé pendant de très nombreuses années dans le milieu de la musique électronique sur Paris, j’ai pu profiter de cet univers sans prendre aucune substance…Et j’ai vraiment apprécié la musique dans un mode pas du tout «let’s make a party ». Je constate en allant chez tel ou tel disquaire en France ou ailleurs, qu’il y a vraiment les « intellos » qui consomment de la musique par plaisir, et les autres qui sont des party-addicts. Les drogues de synthèses n’apportent rien de sexy, mais j’imagine qu’elles permettent de tenir le choc…C’est bien pour ça qu’on peut constater un retour d’une techno assez mentale et froide en parallèle avec un grand retour des drogues chimiques.

Comment est-ce qu’internet a affecté ton rapport à la musique ?

Affecté …hmm je ne dirais pas ça, même si il y a des aspects négatifs. Notamment quand tu sors encore du vinyl, comme c’est mon cas via mon label et que tu retrouves deux jours après la sortie d’un de tes maxis les morceaux disponibles en MP3 (compressés au marteau pillon) sur des sites d’Europe de l’Est. Cela devient du coup difficile de pouvoir ne serait-ce que rentrer dans tes frais. Mais aussi, la toile te permet d’être en contact avec les gens qui te suivent, de découvrir des artistes ayant les mêmes sensibilités et de pouvoir aussi diffuser à un maximum d’individus.

Je suis plutôt un nerd donc l’internet a vraiment changé ma vie pour la musique, mais aussi pour le reste. L’économie, la culture, l’information, la communication etc. ont du se réinventer.

D’une certaine manière après l’éclatement du réseau dans les années 2000, de nombreux labels ont du mettre la clef sous la porte, car le digital a bouleversé les ventes sur support. La gueule de bois passée, j’ai l’impression que les disques qui circulent sont meilleurs et que la qualité est plus au rendez-vous. Bien obligé de produire un morceau qui tienne la route si tu veux sortir du vinyl, car cela coûte cher et reste très peu rentable.

Tes références sont plus à chercher du coté de Detroit, d’Allemagne et d’Angleterre, mais est-ce que tu saurais citer des éléments de ton environnement qui ont eu une influence directe sur toi?

Mon quotidien tout simplement. Dès que je me lève, j’observe et cela doit forcément jouer. Malheureusement les images aussi…Je suis un grand consommateur d’image : télé, internet, cinéma… et le pire côtoie le meilleur. J’ai une grande passion pour la contre-culture, qui fut très présente dans mes jeunes années, cela fait partie de mon ADN. Toutes les dérives me fascinent d’une certaine manière; sectaire, religieuse, les illuminés, le fascisme, le totalitarisme, les exorcistes, l’occultisme, Anton Lavey, Crowley… en général cela me fait marrer au 20ème degré.

Le cinéma est aussi une grande influence. Je suis un passionné de Kubrick, Carpenter, Lynch et de Cronenberg. Si 2001 reste pour moi le chef d’oeuvre ultime du cinéma -grâce au génie de Clarke notamment- qui a su mêler musique et métaphysique. Je suis aussi ouvert sur les séries comme Dexter, Six feet under, Sons of Anarchy ou même Shameless. Après coté musique, je m’informe beaucoup mais écoute au final très peu de techno ou de musique électronique. La soul, le funk, le jazz, l’indus et l’ambient font plus partie de l’ambiance musicale qui m’accompagne au quotidien. J’aime bien l’idée de se détacher de toute musique similaire à la mienne…Peut-être la crainte d’être trop influencé. J’avoue que le travail de Moritz von Oswald et Mark Ernestus m’a marqué à vie comme celui de Coil, Lustmord et Autechre. Je connais leurs discographies par cœur et je ne pourrais jamais renier que sans eux mon son ne serait pas ce qu’il est. Au delà de ça, et sans parler d’éléments à proprement dit, mon environnement privé et personnel est certainement le moteur de tout ça. Mes amis, mes proches, ma compagne sont les pilliers de ma vie. Sans eux, je ne pourrais pas faire de la musique tout seul dans mon coin…Et bien entendu les mails que je reçois et ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux sont importants.

Est-ce qu’il y a des projets -artistiques ou non- qui attirent ton attention dans la région Méditerranéenne ?

C’est une excellente question…Le bassin Méditerranéen est le berceau de notre civilisation et le sera toujours, n’en déplaise à ceux qui ont des problèmes avec la colorimétrie et les pigments de la peau. En vivant dans une ville multiculturelle, qui de plus est un port, comme Marseille, il est difficile de ne pas accepter les traditions des uns et des autres. Le MuCEM était un beau projet par exemple, mais qui a pris rapidement le tournant musée d’art contemporain. Je ne critique pas le lieu qui est une réussite, mais sa programmation semble avoir bifurqué de son projet initial.

Après il y a aussi l’Union pour la Méditerranée qui est encore vague, même s’il s’agît d’un bon début pour une paix durable au Proche Orient. La France joue un peu le rôle d’arbitre, c’est touchant et à la fois énervant, comme si nos amis du Maghreb étaient incompétents. Tendre la main est la moindre des choses pour nous qui avons tant épuisé les ressources de nos anciennes colonies. Mais sincèrement je crois que malgré tous les efforts, les guerres éthniques et de religions existent depuis des siècles et prennent le dessus, et seront toujours là après notre mort.

Je me sens plus européen, ce sentiment est bien ancré en moi. La tournure économique prédomine, mais l’idée de base culturelle reste une belle utopie…qui je l’espère poursuivra son chemin. La seule idée de retour à un protectionnisme d’Etat me fait flipper.

En termes de musique quels sont tes plans pour le futur? Est-ce que tu prévois de produire d’autres artistes sur ton label Pong Music ?

Les dernièrs morceaux datent de l’été dernier et furent diffusés sur Morpheus, le sous label de Matrix de Sean Deason, à Detroit. C’est ma première sortie sur un autre label depuis très longtemps, Sean Deason avait bien accroché sur mes sorties précédentes et il m’a proposé tout de suite de lui faire des morceaux. J’avoue que depuis, j’ai pris un peu de recul et me suis concentré sur les lives, car c’est un excellent moyen de retravailler les morceaux et de gonfler tout ça pour le dancefloor.

Donc j’envisage de plus tourner. Mais je n’arrête pas de composer, contrairement à d’autres stakhanovistes du studio, je suis plutôt lent…je peaufine très longtemps les morceaux et effets. La prochaine sortie est dans les tuyaux et sortira en digital sur Itunes et Bandcamp seulement pour la première fois, question de coût. Mais je ne délaisse pas le vinyl, car l’objet possède une aura particulière. Je souhaite ouvrir le label à d’autres depuis quelques temps, et j’ai plusieurs projets en cours…dont une compilation. J’ai contacté plusieurs artistes dont je me sens familier où avec qui j’ai pu tisser des liens pour ce projet qui sortira en vinyl avant la fin de l’année.

Plus d’infos sur les pages fb Pulse Code Modulation et Pong Music.